• LE FLEUVE POUR ÉPOUX

     LE FLEUVE POUR ÉPOUX     – Je peux bien vous révéler l’une de mes grandes surprises, lorsque nous avons découvert la Guyane, il y a de cela bien longtemps. Nous arrivions en droite ligne d’une région où les montagnes sont les reines des paysages. Par rapport à certaines autres, celles que nous venions de quitter sont, paraît-il, plus jeunes. Cependant, cela ne les empêche pas de s’élever chaque jour davantage. Non, dans un esprit de compétition, mais parce qu’elles savent le firmament si haut, qu’elles ont compris qu’elles avaient encore du chemin à parcourir avant de le toucher. Alors, celui-ci complaisamment, se prête à leur jeu. Selon les saisons, c’est lui qui vient à leur rencontre.

    Sous les cieux de notre nouvelle patrie, pas de sommets pointus, de neiges éternelles ni de glaciers perdant chaque jour un peu plus de leur mémoire. Bien que nous les dénommions des montagnes, chez nous, sur le seuil de l’Amazonie, les sursauts de la Terre n’élèvent que des monticules ne dépassant pas quelques centaines de mètres. À l’exception de quelques-uns qui ressemblent à des monts Chauves, la majorité est recouverte de belle végétation comme elle est présente sur tout le territoire, riche et exubérante. Autant dire que notre région sut rester modeste, n’accouchant que de mornes et de collines. Mais de leurs grandes sœurs, elles n’ont rien à envier, puisque pour les escalader, certaines exigent que nous produisions beaucoup d’efforts, car la chaleur étouffante s’alliant à l’humidité rend l’ascension pénible. Nous devons aussi compter avec les chablis qui ont créé des zones particulièrement difficiles d’accès, où la végétation s’en donne à cœur joie, dans l’espace nouvellement offert à la lumière. C’est que ce n’est pas si souvent que le soleil à la permission de poser ses rayons sur l’humus qui, pour l’occasion, laisse échapper une brume épaisse, nous prouvant que s’il respire, c’est que la vie germe bien en son sein.

    Nos montagnes, donc, comme nous les appelons, afin de ne pas être en reste par rapport à celles qui hérissent certaines régions du monde ont quelque chose que les autres ne possèdent pas. À leur charme naturel, elles portent des noms dont on pense qu’ils sont générés par les légendes qu’elles nourrissent. Par exemple, le massif du Mitaraca surveille le sud-ouest, alors qu’au sud-est c’est le saint Marcel qui domine. Au centre du pays, les Tabulaires partagent l’espace avec leurs cousines de la Trinité, d’où émerge la roche Bénitier. Plus au nord, la montagne d’Argent se mire dans l’océan, tandis qu’à l’ouest la montagne de fer ouvre la porte aux savanes et marécages. Fermant notre commune, s’élève le mont Tortue. Le bourg, quant à lui, est encerclé par les montagnes Anglaises. Plus proches de nous, nous dominent celles des Chevaux et des Serpents leur faisant face. Barrant la route aux nuages qui n’ont d’autre solution que de laisser tomber leur trop-plein de pluie, voici la montagne de Kaw. Les ondées sont si fréquentes et généreuses, qu’à certains, elles ont fait dire que nous résidions sous la gouttière du ciel. La Gabrielle permet à  une crique de sourdre et vivre une existence heureuse. Joyeusement, elle court rejoindre son grand frère l’Orapu, et ensemble vont raconter à l’océan les secrets du pays qu’elles ont traversé. Mais avant, l’une, éprouve un plaisir certain à cascader de saut en saut, en un lieu connu sous le nom de Fourgassier. D’abord, elle arrive tranquillement, créant de-ci de-là de modestes lacs, puis se décidant enfin, la voilà qui enjambe les premiers rochers pour se laisser tomber en éclatant de mille gerbes écumantes sur le palier inférieur, dans un bruit de tonnerre. Bouillonnante, elle se fracasse sur les écueils suivants, jusqu’à hoqueter sur les dernières marches d’où elle repartira plus calme. Elle profitera de la petite savane pour remettre de l’ordre dans sa tenue. De remuante, elle est devenue aussi fière et sage qu’une jeune demoiselle allant rejoindre son fiancé. Dans la corbeille de leur union, elle déposera l’histoire de la montagne, ainsi que les secrets de la Terre, tout en polissant infatigablement les rochers afin de les rendre toujours plus glissants, mais également dans l’intention de transformer son voile plus fin que celui d’une mariée.

    Voilà en quelques mots résumés certaines merveilles de notre pays, et à leur lecture, vous comprendrez pourquoi nous l’aimons tant notre belle région amazonienne, car chaque jour elle invente de nouvelles images à notre intention, afin que sur elle, nous conservions les yeux grands ouverts.

     

    Amazone. Solitude. Copyright 00061340-1

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Novembre à 03:58

    Coucou  René  ..Il serait facile  de  lire  cette  page  avec  devant  soi  une  feuille  a  dessin  et  un  crayon  car  tu  décris  si  bien  le  paysage  que  l'on  pourrait  tout  aussi  bien  créer  un  magnifique  tableau .. Quand  les  soirées  seront  plus  longues  , je  reprendrai  mes  créations  en  peinture  et  en  couture  ..  Rien  de  mieux  pour  mettre  de  la  couleur  dans  notre  vie ..
      Merci  René  pour  me  faire  rêver .. A  bientot ..
     Amitié  et  bisous  des  US ..
    Nicole ..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :